Vie quotidienne à Zidré

Ces photos montrent quelques moments de vie qui se répètent quotidiennement chez ces habitants du village comme ailleurs dans d’autres villages, d’autres régions, d’autres pays. Mais ces gestes simples sont ceux que nous apprécions de voir, nous les citadins, les pressés qui n’avons jamais le temps. Leçons de vie?     

Toutes ces photos, tous ces sourires, ces bougainvillées en fleur peuvent faire penser à un village de vacances. La réalité est tout autre, c’est par décence et respect pour ces gens chez qui nous allons, qu’aucune photo ne montrera le dénuement, la pauvreté et la misère.    

Femmes au pilon

 

Découverte du village

 

 Le gouvernement a mis en place des campagnes de vaccination et le suivi des nourrissons auxquels sont distribués des vitamines. La mortalité infantile est pourtant importante la malnutrition est omni présente, les grossesses nombreuses affaiblissent les femmes qui n’arrivent pas à allaiter leur nourrisson correctement et n’ont pas d’argent pour acheter du lait.   

Les parents sont très malheureux lorsqu’ils voient mourir leur enfant quelquefois simplement par manque d’argent donc de soins. Ils aiment leurs enfants, l’amour n’est pas l’exclusivité des pays riches.   

L’Etat a également construit un dispensaire à Zidré mais il n’est pas encore opérationnel car l’infirmier n’a pas été nommé.   

Vaccination

 

La pesée

 

Corvée d'eau à la pompe Dany

 

Remplissage de conteneurs

 

Transport de l'eau

 

En quête de bois pour la cuisine

 

 Les femmes, pour aller chercher du bois, font jusqu’à 20Kms aller-retour. Des personnes, plus agées, dorment sur place pour ne revenir que le lendemain.    

Plants de coton

 

Balles de coton

 

Champ de maïs

 

Cultures

 

Champ de sorgho rouge

 

Plant de sorgho

 

Plantes de calebasse

 

La coupe du mil

 

La coupe du mil

 

Sieste

 

Champs de Bissap

 

Les fleurs séchées de bissap servent à confectionner une excellente boisson (type grenadine).

   

La lessive autour du puits: moment de rencontre

 

Retour de marché

 

Transport de cailloux

 

Au milieu des champs, on voit des femmes et des enfants qui, toute la journée, ramassent des cailloux, les mettent en petits tas calibrés, puis les vendent. Ils servent, suivant leur grosseur, au remblai de cour, à la maçonnerie ou à réaliser des cordons pierreux qui délimitent les terrains et évitent l’érosion dues aux précipitations de la saison des pluies…     

Gardien de zébus

 

Gardien de chèvres

 

Il ne pleut qu’une fois par an, en gros, de juillet à mi-octobre.   

Dès que la pluie semble s’être installée, les semences commencent. Puis, tout  à coup, la pluie peut s’arrêter 15 jours et tout est à recommencer. Seulement, il n’y a plus de graines, il faut s’endetter pour en acheter.   

Ce peut-être aussi les pluies diluviennes et dévastatrices qui détruisent les récoltes et provoquent l’écroulement des maisons en banco.   

C’est la période la plus difficile, les stocks de nourriture sont presque épuisés et c’est le moment où il faut travailler la terre souvent, encore, avec la daba, tous n’ont pas un âne.   

Saison des pluies, un poisson pour le repas

 

 Dans les villes, les fossés sans entretien, se bouchent tout au long de l’année et, quand viennent les pluies, l’eau déferle dans les rues, comme à Ouagadougou, en 2008, ou des murs entiers ont été emportés et des quartiers inondés. Les campagnes changent, totalement de physionomie. En un rien de temps, les terres arides se couvrent de végétation. La population s’active. La terre est retournée, semée, plantée pour les récoltes futures.     

Saison des pluies, les enfants s'en donnent à coeur joie.

 

Partage de repas

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>