Juillet/Août 2012

> Destination: Burkina Faso

> Mission du 30 Juillet au 17 Août 2012

> COMPTE-RENDU D’ACTIVITE DU VOYAGE

> Participants à la mission:

> Ricard Marine, Camille, Quentin et Michel Pedoussaut

 

  • Arrivée à Ouagadougou le 30/07 à 00H50 heure locale nous sommes accueillis par ADAMA le chauffeur attitré de l’association.
  • Le 31/07 : visite de Ouagadougou pour Marine et Quentin qui viennent pour la première fois au Burkina, visite du village des artisans découverte de la ville et petite soirée au jardin de l’amitié pour écouter de la musique traditionnelle.
  • Le 01/08 départ pour le village de Zidré, les péripéties Africaines commencent avec un demi-tour à la sortie de Ouagadougou plus exactement au péage car un camion est accidenté et la route est barrée, nous prenons la direction de KOMBISSIRI, le trajet est plus court mais par contre une bonne partie de la route est de la piste. Le paysage est magnifique.
  • Arrivée au village de Zidré en début d’après-midi, nous sommes accueillis par SOULHEMANE le gardien de la case CRUAS et quelques enfants du village qui nous attendent impatiemment.
  • Nous nous installons et nous démarrons le fourgon qui depuis la dernière mission est à l’arrêt.
  • Nous appelons ABEL YABRE le maçon qui doit travailler avec nous pour la construction de la nouvelle école, nous nous mettons d’accord pour commencer les travaux dès le lendemain matin, ABEL travaillera avec ces fils, SOULHEMANE et plusieurs manœuvres du village.
  • Nous allons ensuite saluer le chef du village Monsieur André Yabré et nous profitons de ce moment pour faire un point avec lui sur notre mission : deux projets importants :
  • 1°  La construction de la nouvelle école, ce projet a été préparé au mois de Mai en collaboration avec lui-même, le directeur de l’école ZIDRE A Monsieur ZOUNGRANA ALAIN, les villageois de ZIDRE et la communauté PEUL. D’un commun accord cette école sera construite sur un terrain situé entre le village de ZIDRE et la communauté PEUL ce qui évitera d’une part aux enfants PEUL de faire
  • 6 KMà pied pour aller en classe à ZIDRE A ou B, et d’autre part de ‘’désengorger’’ les écoles de ZIDRE. Pour exemple : actuellement une centaine d’enfants rien que pour la classe de CP1.
  • La donation du terrain a été réalisée, un PV de PALABRE a été signé par l’ensemble des intervenants. Il ne nous reste qu’à finaliser, le travail ayant été bien avancé par Mr ZOUNGRANA qui s’est occupé de la rédaction de l’ensemble des documents et du relationnel entre tous les intervenants. Le PV sera définitivement validé le vendredi 03/08 lors d’une réunion à la mairie de GARANGO en présence du 2° adjoint au maire, Monsieur ZIGANI, de Monsieur ZOUNGRANA, de Monsieur YABRE MOUSSA conseiller, de Marine et Michel.
  • 2° : Le renouvellement du groupement des femmes gérant la plateforme technique du village. Le groupement actuel ne donnant pas satisfaction il a été décidé en conseil d’administration de le renouveler dans l’intérêt du village. Nous remettons au chef du village le courrier de la présidente Madame GAILLARD DENISE lui expliquant cette décision. Nous en discutons, il est entièrement d’accord avec nous d’autant plus que nous avons aussi l’aval de l’association TINTUA, association du BURKINA qui fournit les moteurs et moulins et qui s’occupe de la formation et des femmes et du suivi technique.
  • Construction de la nouvelle école : Le 02/08, comme convenu, le maçon ABEL et les manœuvres arrivent à la case CRUAS à 6H45mn, nous chargeons sur le fourgon les fers à béton qui avaient été approvisionnés par la mission précédente et stockés à la case, nous chargeons également les bidons pour l’eau nécessaire aux travaux ainsi que l’outillage et direction le chantier. Le traçage des nouvelles classes, 3 classes, le bureau du directeur et le magasin a été réalisé par la mission précédente, ainsi qu’une partie des fondations. Une partie des moellons qui permettront la construction a été préparé lors de la précédente mission, le sable et le gravier ont été approvisionnés par les villageois comme il était convenu.
  • Ce qu’il faut savoir, c’est qu’en AFRIQUE, tout est fait manuellement, les fondations sont creusées à la pelle et à la pioche, les rochers sont sortis et cassés à la pioche ou à la barre à mine, ils servent ensuite à la consolidation de la construction mélangés au béton. Les moellons sont fabriqués sur place par des artisans. Pour exemple, deux artisans nous ont fabriqué en 1 journée et demi 810 moellons soit 27 sacs de ciment de 50KG.
  • L’eau est approvisionnée avec une charrette et un âne depuis le puits le plus proche, l’ensemble du béton pour les fondations et la dalle est gâché à la main, pas de bétonneuse !!! Les ferrailles des poteaux et du chaînage sont assemblés sur place, enfin rien à voir avec les chantiers Français.
  • Pendant notre présence au village du 01/08 au 13/08 l’équipe d’ABEL réalisera l’ensemble des fondations des trois futures classes y compris la pose de toutes les ferrailles des poteaux, le coulage de la dalle de la première classe, du bureau du Directeur et du magasin. Le 13/08 les premiers moellons sont mis en place.
  • Les travaux continueront après notre départ et après une quinzaine de jours de travail à 8 personnes tous les murs sont montés, les poteaux sont coulés le chainage est réalisé, l’auvent est terminé, des moellons supplémentaires ont été fabriqués pour terminer la construction.
  • L’équipe s’était engagée à terminer la construction pour que la prochaine mission prévue en novembre n’ait plus que le toit à poser, à effectuer les finitions, enduit intérieur, extérieur, menuiserie etc.
  • L’équipe a tenu ces engagements et au-delà. Elle a même travaillé plusieurs jours supplémentaires sans salaire pour terminer.
  • La première classe ne pourra malheureusement pas être terminée pour la rentrée scolaire, l’association est en rapport avec l’inspecteur d’académie de GARANGO, si celui-ci peut affecter un instituteur pour la rentrée scolaire une paillotte pourrait être construite par les villageois à côté de l’école ce qui permettrait de commencer l’année scolaire en attendant la fin de la construction. De plus la paillotte pourrait aussi servir pendant la construction des classes suivantes, à suivre.
  • Renouvellement du groupement des femmes : le lundi 06/08 nous rencontrons le représentant local de l’association TINTUA Monsieur BILA MAHAMOUDOU qui malgré ses vacances a souhaité nous rencontrer pour régler le problème de la plateforme technique. Nous le rencontrons à la case CRUAS et nous préparons ensemble le renouvellement du groupement. Nous décidons comme il était convenue avec la présidente DENISE GAILLARD de conserver certaines femmes du groupement ayant la capacité de continuer et surtout étant formé à l’utilisation du matériel.                                                                                                                     Nous appelons YODA ZORATOU qui pourrait, si les villageois sont d’accord, assumer la place de Présidente, nous en discutons avec elle et elle parait d’accord. Elle nous explique qu’actuellement les femmes sont obligées d’aller à BOURRA ou GARANGO, villages voisins pour faire la farine ce qui leur fait perdre énormément de temps et de ce fait elles ont beaucoup de mal à assumer l’ensemble de leurs tâches habituelles surtout en cette saison de pluie ou elles passent une bonne partie de leur journée aux champs. Nous allons de ce pas voir le chef du village pour planifier avec lui une réunion avec l’ensemble des femmes du village pour le renouvellement du groupement. Il est décidé que la réunion aura lieu le jeudi 09/08 à 10 heures sur la place du village.
  • Jeudi 09/08 nous arrivons sur la place. Une quarantaine de personnes est là, des femmes des hommes, les membres de l’ancien groupement, le chef du village Monsieur YABRE ANDRE, le conseiller municipal Monsieur YABRE MOUSSA, Messieurs BILA MAHAMOUDOU et KERE ROUMANE de l’association TINTUA, SOULHEMANE YABRE gardien de la case CRUAS. Le chef du village prend la parole et explique que nous sommes réunis pour le renouvellement du groupement pour le bien être de l’ensemble des villageois. Monsieur KERE prend la parole et insiste sur le fait qu’il n’est pas normal que cette plateforme ne fonctionne pas, surtout qu’à sa connaissance, aucune autre plateforme de la région et même du BURKINA n’a les mêmes moyens que celle de ZIDRE, bâtiment construit par l’association et aides financières de l’association.
  • Un débat animé par BILA commence sur le rôle de chacune des femmes du groupement, rôle de la présidente, de la trésorière jusqu’aux meunières. Les femmes prennent la parole et donnent leur point de vue sur le rôle de chacune et sur les améliorations qu’elles souhaitent apporter pour le bon fonctionnement du groupement. BILA insiste sur le fait qu’elles doivent résonner en équipe ou chaque femme est importante et a son rôle à jouer.
  • Une femme du village ne désirant pas intégrer le groupement est désigné par le chef pour présider le vote. Nous nous retirons pour laisser les villageois élire le nouveau groupement, SOULHEMANE participe au vote et nous rend compte de l’évolution.   Il nous signale que LENGANE FOUSSENA qui faisait partie de l’ancien groupement et qui est un bon élément n’ose pas se représenter car elle a peur de l’ancienne présidente. Le chef du village et les représentants de TINTUA l’appellent, discutent avec elle, lui expliquent qu’elle n’a rien à craindre et arrivent à la convaincre de se représenter, elle rejoint les villageois.
  • Après une bonne demi-heure le vote est terminé, nous rejoignons les villageois et on nous présente le nouveau groupement : YODA ZOURATOU sera la présidente, ZOURE SARATOU secrétaire trésorière, LENGANE FOUSSENA caissière 1, BAMBARA SALIMATOU caissière 2, BAMBARA ABIBOU meunière 1 et BANCE FATIMATA meunière 2. Plusieurs photos du groupement sont prises et il est décidé de redémarrer la plateforme dès le lendemain. Comme convenue avec les représentants de TINTUA et le chef du village, avant de redémarrer la plateforme de ZIDRE, nous emmènerons le nouveau groupement au village de SAOUGO pour leur faire visiter une plateforme qui fonctionne très bien et qui est équipée du même matériel que celle de ZIDRE. Le rendez-vous est pris pour le samedi matin 8H30 à la plateforme de ZIDRE.
  • Samedi 11/08 nous retrouvons les femmes du groupement et BILA à la plateforme de ZIDRE, direction SAOUGO. A deux kilomètres du village nous laissons le fourgon car en cette période de pluie il est impossible d’y accéder en véhicule. Nous voilà partis pour2 kilomètresà travers les ‘’ marécages’’.
  • Arrivée à SAOUGO nous sommes accueillis par les femmes du groupement qui nous attendent impatiemment et qui sont très fières de montrer leur outil de travail. La plateforme est en fonctionnement. Les femmes du groupement de ZIDRE sont ravies, les meunières s’installent au poste de travail alors que la présidente et ses adjointes se renseignent sur le fonctionnement de la plateforme, gestion des céréales et surtout gestion financière. BILA fait l’intermédiaire et insiste bien sur certains points important de la gestion, sur l’approvisionnement de carburant et d’huile de bonne qualité pour préserver le moteur, les femmes de ZIDRE prennent les coordonnées de la personne qui fournit le carburant et l’huile. BILA arrête le moteur pour prouver aux femmes que, sur cette plateforme, les femmes sont autonomes et qu’aucun homme n’est là pour redémarrer le moteur. Cette question avait été maintes fois évoquée à ZIDRE par l’ancien groupement. Les femmes de SAOUGO redémarrent le moteur et c’est au tour des femmes de ZIDRE, tout se passe très bien.                                    Après 2 bonnes heures, nous prenons le chemin du retour. Nous remercions vivement le groupement de SAOUGO pour leur aide et leur gentillesse. Cette journée aura été très bénéfique pour tout le monde.
  • De retour à ZIDRE les femmes font un nettoyage de la plateforme et surtout du moulin, elles remplacent les meules pour pouvoir commencer à travailler. Avec BILA, nous vérifions le moteur, nous remontons la courroie de la génératrice et nous réparons les connexions électriques qui sont à nue. Quand tout est prêt la présidente se propose de démarrer le moteur, chose que pour le moment elle n’a pas réussi à faire. Pour information ce type de moteur mono cylindre se démarre à la manivelle. Elle essaie plusieurs fois sans succès. BILA demande à FOUSSENA de démarrer le moteur car elle maîtrise le sujet. Effectivement, au premier essai, le moteur démarre.            Les femmes ont le sourire jusqu’aux ‘’oreilles’’. Le travail commence dans la joie et la bonne humeur. Les villageois, qui ont entendu le moteur, arrivent tous plus contents les uns que les autres. Les femmes travailleront jusqu’à 22 heures. Le moteur sera arrêté plusieurs fois pour des réglages, plein de carburant etc. La présidente et une autre femme du groupement arriveront à redémarrer le moteur. Cette journée aura été très bénéfique pour tout le monde. Longue vie au nouveau groupement et à la plateforme de ZIDRE.
  •  Le lundi 13/08 après avoir salué le chef du village et les villageois, nous passons au                        chantier de l’école pour les dernières photos avec l’équipe. Nous quittons le village pour quelques jours de visite de la région de  BANFORA.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>