Automne 2011

Destination BURKINA FASO

Mission du 3 octobre au 22 décembre 2011

COMPTE RENDU D’ACTIVITE DU VOYAGE

Participants à la mission :Jacques Riou et Dany Riou

1) ECOLES

Zidré A :

8 classes : 563 élèves dont 105 au CP1.
L’enseignante doit apprendre à lire et à écrire à 105 enfants dont certains ne comprennent pas le Français puisque les parents jamais scolarisés ne parlent que le Bissa et l’enseignante d’une autre ethnie, ne parle pas Bissa……

Les résultats aux examens de fin d’année 2011, Certificat d’Etudes et entrée en 6ème ont été mauvais

Cette année une grande partie de l’équipe enseignante a été renouvelée.

Ils sont au total 8 enseignants dont 2 anciens.et un nouveau Directeur, Monsieur ZOUNGRANA. R. Alain
Ce nouveau Directeur, contrairement à celui de l’année dernière n’enseignera pas mais sera très occupé pour organiser et gérer 8 classes.

Un problème de locaux s’est posé dès la rentrée puisque cette école ne comporte que 6 classes

L’année dernière le Centre Culturel avait été prêté par les jeunes mais cela n’était pas sans leurs poser des problèmes.

Cette année les Parents d’Elèves ont construit une paillotte et le logement que Cruas avait construit en 2003 pour essayer de fidéliser les enseignants a été transformé en salle de classe.

Ce logement n’avait jamais servi les enseignants préférant faire le trajet sur Garango où il ya l’électricité et l’eau.(A Zidré B le Directeur habite sur place)

Les Parents d’Elèves ont payé pour faire les travaux. Les « maçons » chargés de ce travail ont coupé les cloisons jusqu’à 1,80 m de haut la partie rattachée au plafond restant dans le vide. Lorsque Jacques a visité cette classe, les linteaux commençaient à se fissurer et il a proposé au Directeur de sécuriser ce qu’il a accepté.

Avec son équipe, ils ont supprimé le haut des murs jusqu’au plafond, ont conservé la ceinture intérieure pour ne pas déstabiliser les murs.ont posé un poteau central pour sécuriser le tout.

Cette maison comprenait 3 pièces, les sols étaient de différentes hauteurs, une dalle a été refaite.

3 fenêtres supplémentaires ont été posées, un tableau a été fait sur toute la largeur du mur.

Au vue du nombre d’enfants, cette classe est petite mais sert de dépannage.

La paillotte n’est pas non plus sans poser des problèmes, elle est exposée au vent et à la poussière mais sert de dépannage pour cette année scolaire.
Elle est accolée à une salle de classe et un tableau a également était fait sur le mur.

Le coût de la scolarisation a été considérablement augmenté.

Le budget de l’association est voté en début d’année aussi l’aide apportée par l’Association pour le paiement de la scolarité a été identique à celle des années précédentes soit

– 3000 FCFA par enfants pour les CP1

– 1000 FCFA par enfant pour les autres classes.

– 920 FCFA par enfant pour l’aide à la cantine.
A la fin de la mission et à titre exceptionnel nous avons pu verser encore 600 FCFA par enfant.

C’est au total la somme de 1 638 000 FCFA (2500 euros) qui a été donnée pour cette école.

Rencontre avec les Peuls :

A leur demande nous sommes allés rencontrer les femmes Peuls.

Leur quartier se trouve à 3 ou 4 kilomètres et lorsque la cantine ne fonctionne pas le trajet est difficile pour les jeunes enfants. De ce fait très peu d’enfants Peuls fréquentent l’école.

Leur souhait serait la construction d’une école plus près de chez eux.

Nous leur avons bien expliqué que la construction d’une école ne dépendait pas de l’association mais que cela dépendait du Ministère de l’Education Nationale. Nous allions déjà en parler au Directeur de Zidré A..

La seule possibilité de l’Association pourrait être d’aider financièrement à la construction du bâtiment à condition toutefois d’en avoir les moyens financiers à ce moment là.

Nous avons organisé une rencontre avec un homme et une femme Peuls qui maitrisent bien Français et Mr ZOUNGRANA Directeur de l’école A.

Le Directeur a bien compris leur démarche, cela pourrait aussi permettre de diminuer les effectifs de Zidré A il va avec leur aide essayer de faire un recensement et en fonction des éléments obtenus il pourra faire remonter cette demande à l’Académie.

Zidré B :

Toujours 3 classes avec Monsieur NAMA comme Directeur.

205 élèves, l’aide apportée par l’Association pour l’aide au paiement de la scolarisation est de

– 1000 FCFA par enfant et

– 920 FCFA pour l’aide à la cantine(total arrondi à 400 000)

Cette école a bénéficié également d’une aide supplémentaire de 600 FCFA par élève.

C’est la somme de 523 000 FCFA (800 euros) qui a été remise

Le local de la cantine avait quelques problèmes.
Les tôles se soulevaient avec le vent, il a fallu stabiliser la toiture avec une rehausse en briques.

La dalle au sol a été remise en état.

Dans aucune des 2 écoles, à notre départ, le jardin d’école n’avait été remis en culture.

Centre Culturel :

Très apprécié, de nombreux élèves s’y retrouvent la journée lorsqu’il n’y a pas classe, et tous les soirs de la semaine, il est déjà trop petit.

Le problème est le mélange de toutes les classes, de la 6ème à la terminale, les plus jeunes étant souvent trop bruyants.

Leurs souhaits seraient un local supplémentaire, mais dans un premier temps il faudrait rajouter des tables et des chaises.

L’éclairage est insuffisant.

A leur demande nous leurs avons payé, un grand compas, des craies, une rame de papier, une équerre.

Ils souhaitaient que l’association paye pour ressouder les gonds d’une porte, mais Jacques leur a demandé de se prendre un peu en charge et de se collecter pour payer la réparation. (La plupart ont un portable dont la recharge coûte 50 FCFA et ils trouvent l’argent).

Case :

Ce qui frappe en arrivant c’est le mur d’entrée magnifiquement décoré d’abord par Françoise et puis par Julie.
Les bougainvilliers dépassent le mur d’enceinte et sont très fleuris.
Le manguier que nous avions planté il y a 3 ans a donné ses premiers fruits que nous avons dégustés et ils sont excellents.

La décoration, les fleurs, les manguiers font un effet formidable mais tout ceci a été mis en place avec très peu d’argent (ex.:1 bougainvillier coûte100 FCFA, un peu de peinture et beaucoup de motivation de la part de Julie et Françoise).

Les latrines :

Ce sont des latrines sèches qui apportent une solution sans chasse d’eau.

Elles préservent la dignité et l’intimité des personnes.

Elles ont été demandées notamment par les Musulmans qui fréquentent la Mosquée et par le Groupement de Femmes de la plateforme.
Elles sont situées entre la Case, le Centre Culturel et la Plateforme et à proximité de la Mosquée et d’un passage très fréquenté.

A une cinquantaine de mètres en amont, un puits a été creusé, construit et équipé d’une pompe à corde ce qui permet aussi de se laver les mains.

Ces latrines ont été un gros chantier, il a fallu continuer à creuser dans la latérite jusqu’à 2 mètres de profondeur

4 Fosses étanches de 5 m3 chacune ont été construites. Elles sont recouvertes d’une dalle de 10 cm d’épaisseur, à l’arrière, elles sont équipées de 4 couvercles pour pouvoir les vider.

Une aération a été faite sur chaque fosse en PVC de 100, rallongée d’un coude (suggestion d’Abel le maçon) pour éviter que les enfants ne les remplissent de pierres.

Les murs ont été montés, chaque latrine est fermée par une porte.

Devant les latrines un mur a été construit en laissant un couloir d’un mètre de large pour protéger des vents forts et de la pluie.
L’ensemble a été recouvert par des tôles en bac acier.

Comment conserver les lieux propres ? C’est aux utilisateurs, donc aux villageois d’y répondre et de prendre leurs responsabilités.

Les Puits :

Aucun puits n’était prévu au départ.
Tin Tua nous a aidé à remettre le matériel de la PTF en état, avec l’argent économisé nous avons pu travailler sur 9 puits et faire l’entourage d’un forage.
Les demandes ont été nombreuses mais toujours quelques jours avant notre départ ce qui ne nous permet pas de voir le travail fini.

Notre budget a permis :

Lors de notre séjour

– un puits a été creusé, bâti, entouré, rehaussé en pierres, fermé et équipé d une pompe à corde sur le terrain de l’association.

– de construire la dalle et la rehausse sur 2 puits

– Au forage chez les Peuls, de construire une dalle et un abreuvoir pour les animaux.

– de bâtir l’intérieur d’un puits dans la concession de la famille du gardien.

Sont en train de se réaliser :

– L’approfondissement de 2 mètres dans le rocher d’un puits chez les Peuls, entourage et rehausse
– Un puits creusé par la famille sera, bâti, entouré et rehaussé chez Amadou YABRE

– La famille YABRE Soumaela a commencé le creusement d’un puits, l’association prend en charge le bâti, l’entourage et la rehausse.

– Chez Amadou LENGANE un puits sera creusé, bâti, entouré et rehaussé

– Chez YABRE Yacouba l’intérieur sera rebâti sur 4 mètres
Pour toutes ces réalisations la famille fournit le sable, le gravier, les pierres, l’eau et une partie de la main-d’œuvre.

Tous ces travaux pour la plupart commencés, ont été payés.
La prochaine mission devra vérifier si tout a été correctement fait.

Plateforme :

Continuation des travaux d’agrandissement du bâtiment.

La dalle a été coulée, les murs construits, la toiture, portes et fenêtres posées, tous ces travaux sont réalisés avec maçons et manœuvres embauchés sur place.

Construction de rampes inclinées aux entrées du bâtiment ce qui rend l’accès plus facile.

Construction d’une aire de séchage pour la farine à l’ouest de la PTF à la demande des meunières.

Construction d’un large banc en pierre à l’extérieur afin que les femmes puissent se reposer en attendant leur farine.

L’entourage en grillage de la PTF a été rallongé pour éviter que les motos passent trop près.

Lorsque le moteur était arrêté, il n’y avait plus de lumière, les femmes utilisaient des torches.

Une batterie 12 volts a été installée avec 3 néons ce qui leur permet d’avoir toujours la lumière.

Il était prévu lors de l’implantation de la plateforme le rechargement des portables.

A cet effet Tin-Tua avait fourni un chargeur de batterie hélas ce chargeur n’a jamais fonctionné ce qui nous a obligé à en acheter un nouveau

Une seconde batterie a été installée pour recharger les portables avec un convertisseur.

Dans l’agrandissement une partie est consacrée à la charge des portables. (Jusqu’à + de 30 les jours de marché)

Cette partie a été isolée par un comptoir et fermée par une porte basse.

Un tableau avec 30 prises a été installé dans un meuble fabriqué par Jacques avec le poste à souder de la plateforme. Ce meuble peut se fermer pour éviter les vols.

Jacques a rallongé le châssis pour recevoir le moulin diamant.

Le technicien de Tin-Tua est venu à deux reprises, la première fois il a refait le moteur diesel et changé les paliers du moulin Grundig.

La seconde fois il a mis en place le moulin diamant, changé la poulie et réinstallé les machines.

En bout de châssis, le moulin diamant, ensuite la génératrice, le moteur, le moulin Grundig et la décortiqueuse.

Le moulin diamant avait été mis de côté par les femmes chose que nous ne comprenons pas pour en avoir visité plusieurs, partout ce moulin donne entière satisfaction.

Le tuyau d’échappement du moteur a été modifié pour éviter les brûlures.

Dans le but de générer des revenus complémentaires, Tin-Tua a organisé une formation de 4 jours pour les femmes de la PTF. Elles ont appris la fabrication du beurre de karité. Elles devront à leur tour former les femmes du village intéressées par cette activité qui peut les amener à faire du savon.

Un grand merci à Tin-Tua pour avoir pris en compte nos demandes.

L’association a investi beaucoup d’argent.

Nous avons TOUS œuvré pour que cette plateforme fonctionne au mieux.

Attendons des résultats !!!!!

Dispensaire :

14 décembre 2011, inauguration officielle des bâtiments construits en 2009.

A notre départ pas de date donnée pour son ouverture.

Visite de l’Ecole Forestière de Montélimar :

C’est avec un très grand plaisir que le 15 décembre nous avons accueilli Gérard JOYEUX et sa délégation à Zidré.

La grève d’Air Algérie au mois de juillet l’avait obligé à annuler le voyage prévu pour faire des plantations comme chaque année depuis 23 ans.

C’est donc une équipe recomposée qui est venue.

Stéphane CLAIR Directeur de l’Ecole, des Administrateurs, plusieurs Accompagnateurs et des Elèves faisaient partie du voyage.

Après un repas pris ensemble à la Case, repas auquel le Chef du Village nous a fait le plaisir de participer, nous avons visité le village de Zidré et les nombreuses réalisations faites depuis 1998 par l’Association
Ils ont pu aussi voir les plantations faites par leur école qui vient depuis maintenant plusieurs années nous aider à reboiser.

Véhicule Renault Master :

Le démarreur nous a lâché juste avant notre départ.
Nous l’avions déjà fait changer à Ouaga lors de cette mission.

Depuis plusieurs années le seul problème est le démarreur. Il a déjà été changé 3 fois au Burkina.

Il faut prévoir d’en emporter un de France lors de la prochaine mission.

Conclusion :

Mission très longue mais toutes les demandes faites par les villageois jusqu’à ce jour, ont été réalisées.

Il reste certainement encore des puits à consolider et à rehausser mais c’est un travail qui va se faire sur des années.

Quant à la construction de classes supplémentaires, ce n’est pas à l’Association d’en décider, elle est là pour accompagner.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>